Côté vignes :
Les terroirs du Beaujolais

Un vignoble aux innombrables terroirs

Dans le prolongement de la Bourgogne en direction du sud, niché entre les contreforts du Massif Central et les plaines de la Saône, le Beaujolais dévoile ses premières parcelles aux environs de la ville de Mâcon et se déploie jusqu’aux portes de Lyon. Une région qui offre des paysages aussi beaux que variés à ses visiteurs, et des terroirs d’une générosité et d’une diversité exceptionnelle à ses vignes.

Car un terroir, c’est d’abord la combinaison naturelle d’un sol, d’un relief et d’un climat. Or avec 300 types de sols recensés, le Beaujolais a hérité d’une des géologies les plus riches et les plus complexes de France.

Roches volcaniques de la Côté du Py et vignes en arrière plan

Une caractéristique qui lui a valu d’obtenir le label de « Géoparc Mondial UNESCO » en 2018, et qui nous permet de sélectionner des parcelles aux qualités complémentaires pour élaborer les vins Pisse-Dru.

D’autant que chez nous, cette diversité de sols se conjugue à un relief exceptionnel, dont l’altitude varie de 180 à 550 mètres. Principalement plantées sur des coteaux orientés à l’est et au sud, les vignes y profitent d’un ensoleillement idéal. Une topographie qui contribue également au climat tempéré du vignoble, puisque les chaînes montagneuses et le fleuve entre lesquels il est niché le protègent des perturbations et des écarts de température.

Vigneble beaujolais : Géoparc Mondial de l'UNESCO

Géoparc Mondial de l'UNESCO.
L'altitude varie de 180 à 550 mètres.

Des parcelles travaillées à la main

Mais au delà des éléments naturels, un terroir se caractérise également par les savoir-faire propres aux vignerons qui le travaillent. Des femmes et des hommes du Beaujolais avec lesquels nous avons noués des liens très forts depuis 1955, et aux côtés desquels nous sommes fiers d’oeuvrer à la préservation d’une certaine tradition viticole.

Car aujourd’hui encore, le travail se fait à la main dans le Beaujolais. Pieds serrés, sols pierreux, fortes pentes ; la nature des parcelles nous y oblige souvent, mais c’est aussi une histoire de cépage. Un cépage délicat qui n’est autre que le Gamay implanté au XVIIè siècle dans le Beaujolais, et dont il couvre 98% de la surface aujourd’hui. Les vignerons qui nous ont précédés ont permis d’en révéler les plus belles expressions, à nous de perpétuer leurs savoir-faire avec chacun des millésimes Pisse-Dru…

Grappe de raisin Gamay dans les mains d'un viticulteur
Grappes de raisins Pisse-Dru
f

Les trésors du Beaujolais à découvrir

Bouteille de Beaujolais Morgon Pisse-Dru accompagée d'une terrine

Les secrets du Beaujolais

Un accord met-vin réussi, c'est souvent un accord local

Et dans notre région, la gastronomie fait la part belle à la charcuterie. Des charcuteries que l'on célèbre notamment sur les tables des bouchons lyonnais, naturellement accompagnées des vins rouges du Beaujolais...

Plateau de charcuterie servi avec une bouteille de Beaujolais Morgon Pisse-Dru

Le rdv des gourmands

Charcuteries et fromages :
quel vin pour l'apéritif ?

Si les vins rouges sont des partenaires de dégustation conseillés avec les charcuteries, ceux du Beaujolais sont tout simplement les meilleurs. Tendres, ronds en bouche, dotés de tanins souples et offrant des arômes fruités pleins de fraîcheur ; les vins de Gamay se révèlent parfaits sur la texture et le gras des saucissons, saucisses sèches, jambons, pâtés et autres terrines.